Le Pape François a visité mon pays

LE PAPE FRANCOIS A VISITE MON PAYS
Le Pape François vient de visiter Madagascar du 6 au
8 septembre. Quelle joie pour les malgaches! Mais
qu’attendent-ils de cette visite du Saint Père ?
On entend à la radio et dans la presse, on voit à la télé
que Madagascar est un des pays les plus pauvres du monde !!!
Et pourtant c’est un pays riche par la nature (climat)
par la faune et flore (végétation unique au monde)…bois et
pierres précieuses…
Mais la majorité des malgaches vit sous le seuil de
pauvreté. Cette raison pousse peut être le Pape à
comprendre cette situation désastreuse.

 

Au deuxième jour de sa visite le Pape a célébré la
Messe avec près d ́1 million de fidèles. Il a rappelé l ́exigence
évangélique, qui invite à vivre en frères. Cet « autre monde » est
possible, comme en témoigne l ́expérience d ́Akamasoa, le
« village de l ́amitié » du père Pedro. Le Père Pedro est un
ancien élève du Pape quand il était séminariste. Au-delà de
l ́émotion de sa rencontre avec les enfants, le Pape a rappelé
que « la pauvreté n ́est pas dans le plan de Dieu »! Sauf la
pauvreté évangélique, à laquelle il invite toute l ́Eglise de
Madagascar. Devant le peuple, les dirigeants du
gouvernement et les religieux, le Pape François a tenu des
discours particulièrement vigoureux.
Il a poussé un cri d’alarme contre la menace de
« la déforestation excessive au profit de quelques-uns »
de la grande île de l’océan indien, réputée pour sa grande
biodiversité.
La dégradation de la situation, liée aux « feux de forêt,
au braconnage, à la coupe effrénée de bois précieux »
« compromet l’avenir du pays et de notre maison commune »,
a-t-il prévenu. Le Pape a mis en cause « la contrebande et les
exportations illégales » mais aussi les activités de survie pour les
plus pauvres. « Il est donc important de créer des emplois et des
activités génératrices de revenus qui respectent
l’environnement et aident les personnes à sortir de la
pauvreté. ». En d’autres termes, il ne peut pas y avoir de
véritable approche écologique ni un travail concret de
sauvegarde de l’environnement sans l’intégration d’une justice
sociale, qui accorde le droit à la destination commune des biens
de la terre aux générations actuelles, mais également futures. »
Ces discours peuvent aussi s’adresser à chacun
de nous en Occident car nos actions et prises de position
dans notre pays ou en faveur de pays plus pauvres
peuvent avoir une portée déterminante.
Espérons que cette visite du Saint Père apporte des
changements aux pouvoirs politiques de mon pays et que
Madagascar puisse enfin sortir du gouffre dans lequel le
pays vit depuis de nombreuses années

Gérard RANDRIA
(diacre permanent)