Durant l’Avent, la paroisse vous invite à vivre des messes « Rorate »

Célébrées tôt le matin à la seule lueur des bougies, elles permettent de se préparer à la venue de Jésus… tel un peuple de veilleurs.

Chaque jeudi matin, pendant l’Avent, rendez-vous à 7h00 à l’église de Vallet

  • Jeudi 7 décembre à 7h.
  • Jeudi 14 décembre à 7h
  • Jeudi 21 décembre à 7h.

Une manière à la fois simple et belle de se mettre en route vers Noël !

« Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; et sur les habitants du pays de l’ombre, une lumière a resplendi. » (Is 9,1)

 

Quelques explications sur la Messe Rorate

(source : https://www.eglisecatholique-ge.ch/actualites/avent-messes-laudes-rorate/)

Les messes (ou Laudes) Rorate sont des liturgies célébrées avant la fin de la nuit, éclairées à la seule lumière des bougies. Le terme Rorate est emprunté à l’introït grégorien du 4e dimanche de l’Avent : « Rorate caeli desuper, et nubes pluant justum. » Cieux, répandez votre rosée, et que des nuages pleuve la justice (Is 45, 8).

Un peuple de veilleurs

Les messes Rorate se veulent l’illustration tangible d’un peuple de veilleurs, en réponse à Saint Paul dans la 2e lecture du 1er dimanche de l’Avent : « Frères, c’est le moment, l’heure est déjà venue de sortir de votre sommeil […] La nuit est bientôt finie, le jour est tout proche. »  (Rm 13,11a.12a)

Nous sommes ce peuple dont Isaïe contera la naissance au Jour dans la Nuit de Noël : « Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; et sur les habitants du pays de l’ombre, une lumière a resplendi. » (Is 9,1)

Nous sommes ce peuple qui criera, un peu plus tard, avec le vieillard Syméon, nunc dimittis :  « Maintenant, ô Maître Souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta Parole car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples : Lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël. » (Lc 2,29-32)

Aube nouvelle

Participer à une Messe ou à des Laudes Rorate, c’est se reconnaître en déficit de Lumière. C’est se faire veilleur, guetteur d’une aube nouvelle pour l’humanité. Cette aube nouvelle, elle eut lieu, autrefois, dans cette merveilleuse Nuit de Bethléem